Aller au contenu principal
Sammy Baloji - Kunst in de Stad

Sammy Baloji

The Long Hand

Kunst in de Stad a invité l'artiste Sammy Baloji à créer une nouvelle œuvre permanente pour l'espace public d'Anvers. Pour celle-ci, Baloji s'est immédiatement tourné vers le Scheldekaai, qu'il a identifié comme la voie d'accès d'«ici» à «là-bas», le lien entre la ville et le monde, mais aussi entre la Belgique et le Congo, le pays natal de l'artiste.

Une référence importante dans le développement de l'œuvre d'art est Paul Panda Farnana (1888-1930), qui a été amené du Congo en Belgique alors qu'il était un petit garçon, fut le premier Congolais à obtenir un diplôme d'une institution belge d'enseignement supérieur, et est devenu plus tard une voix importante dans le mouvement panafricain et la lutte contre l'oppression coloniale européenne.

Une autre référence est une citation de l'ancien bourgmestre d'Anvers, Lode Craeybeckx (1897-1976), qui a dit : «Un Anversois n'a qu'à tremper sa main dans l'Escaut pour se connecter au monde».

L'image en bronze s'inspire du «lukasa», un artefact de la culture Luba dans le sud du Congo. Les Lukasa fonctionnent comme des aide-mémoire ou des moyens mnémotechniques et constituent un élément essentiel de la tradition Luba d'histoire orale et de transmission des connaissances. Les Lukasa sont généralement réalisés en bois et richement décorés de sculptures abstraites, de coquillages incrustés, de pierres ou de pièces de métal. Ils sont utilisés lors de cérémonies au cours desquelles l'histoire politique et la mythologie du peuple Luba sont racontées par un «homme mémoire». Celui-ci tient le lukasa dans sa main gauche et trace les motifs et les bijoux incrustés avec sa main droite, qui servent de points d'ancrage pour la narration.

Les grandes «perles» colorées à la surface de la sculpture en bronze sont faites de plastique recyclé. Elles sont positionnées pour tracer la route maritime entre Anvers et Muanda, le principal port du Congo. La plate-forme sur laquelle se trouve l'image a été conçue par l'artiste comme un lieu de rencontre et de dialogue.

Avec cette nouvelle œuvre, Sammy Baloji replace le souvenir et le récit dans notre espace public commun. Après tout, tout art public (monumental) n'est-il pas au service de la mémoire collective? Tout comme le lukasa traditionnel, l'interprétation contemporaine de Baloji ne véhicule pas une narration fixe. C'est une invitation à se réunir et à se parler, à se souvenir, à se souvenir autrement.

 

Réalisé avec le soutien du gouvernement Flamand.

 

À propos de Sammy Baloji

Sammy Baloji (1978) est né et a grandi à Lubumbashi (RDC). Il vit et travaille alternativement à Bruxelles et dans sa ville natale. Il a étudié l'informatique, les sciences de l'information et la communication à l'Université de Lubumbashi. Il a ensuite étudié la photographie et la vidéo à l'École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg. En tant qu'artiste visuel et photographe, Baloji explore la mémoire et l'histoire de la République démocratique du Congo. Son travail est une enquête permanente sur le patrimoine culturel, architectural et industriel de la région du Katanga, mais il s'interroge également sur les conséquences de la colonisation belge. Ses projets en solo les plus récents: Sammy Baloji, Other Tales, Lund Konsthall en Aarhus Kunsthal (2020) ; Congo, Fragments d'une histoire, Le Point du Jour, Cherbourg (2019) ; A Blueprint for Toads and Snakes, Framer Framed, Amsterdam (2018) ; Urban Now : City Life in Congo, Sammy Baloji et Filip de Boeck, The Power Plant, Toronto et WIELS, Brussel (2016- 2017). Son travail a été présenté dans des expositions collectives telles que la Fotofest Biennale 2020, Houston ; le Palais de Tokyo, Paris (2020) ; la Biennale d'architecture de Chicago 2019 ; la 22e Biennale de Sydney (2020) ; documenta 14 à Kassel/Athènes (2017) ; le Garage Museum of Contemporary Art, Moscou (2017) ; le Smithsonian National Museum of African Art, Washington DC (2017) et la Biennale de Venise (2015). Sammy Baloji est Chevalier des Arts et des Lettres et il a reçu de nombreux prix. En 2019-2020, il a séjourné à l'Académie de France-Villa Medicis à Rome. En 2008, Sammy Baloji a cofondé la Biennale de Lubumbashi.

 

Informations pratiques

  • Lieu : Scheldekaai Zuid – Cockerillkaai (près de la Zuidersluis), 2000 Anvers

  • Inauguration festive le 3 juin à 15 heures

  • Réalisé avec le soutien du gouvernement Flamand.